[Français]  (LSQ à venir)

see the English version (ASL soon)

Musique au bout des doigts : Exploration des intersections musique et vieillissement au sein des communautés de sourd.es signeur.es à Montréal

Problématisation

Dans nos sociétés audistes où une supériorité est conférée à celles et ceux qui entendent ou se comportent comme s’ils et elles entendaient (Humphrey, 1977), la perception la plus répandue est que la musique constitue une forme artistique essentiellement, sinon exclusivement sonore et que, dès lors, elle s’avère inaccessible aux personnes sourdes jugées incapables de la performer ou de l’apprécier pleinement. Combinée au discours âgiste (Lagacé, 2015) qui associe la musique à la jeunesse (Forman et Fairley, 2012) et à la prédominance accordée à sa fonction thérapeutique, cette étroite définition de la musique affecte significativement les personnes sourdes vieillissantes, ajoutant aux obstacles à leur pleine participation sociale (Gaucher, 2012).

Pourtant, la musique joue depuis longtemps un rôle important dans plusieurs cultures sourdes (Maler, 2013). Des artistes sourd.es ont développé une vaste gamme de formes musicales, incluant les musiques corporelles et vibro-tactiles. Des personnes sourdes font différentes expériences de la musique à travers une multiplicité de média (Cripps, et al., 2015), notamment les chants-signes (ou musique signée) qui, quoique récemment popularisés sur YouTube, ont émergé au début du 20e siècle (Bahan, 2006). Bien qu’il existe des publications académiques sur le chantsigne, notamment en langue des signes américaines (ASL), la recherche sur les musiques sourdes dans leur foisonnante diversité est quasi-inexistante. Enfin, si la musique et le vieillissement sont au cœur d’un nombre croissant de travaux, aucune recherche ne semble s’être encore intéressée aux aîné.es sourd.es et à leur expérience de la musique ou de la musique sourde.

Questions de recherche

Au bout des doigts explore la musique sourde à Montréal telle qu’elle est pratiquée et/ou expérimentée par des personnes sourdes âgées au sein des communautés LSQ et ASL, et ce, à partir des questions suivantes:

  • Quelles expériences de la musique comme pratique culturelle les personnes âgées sourd.es ont-elles eu par le passé et quelles ont-elles aujourd’hui?
  • Quels médias et quelles technologies modulent leurs manières de « musiquer » (Small, 1998) et leur attachement à la musique (Hennion, 2014)?
  • À quelles cultures musicales ont-elles le sentiment d’appartenir?
  • Que signifie vieillir avec la musique comme personne sourde?
  • Comment la musique médiatise-t-elle l’expérience du vieillissement des aîné.es sourd.es?

Objectifs 

  • Documenter les expériences et les réflexions des personnes âgées sourdes en ce qui concerne la musique en général, et les musiques sourdes en particulier;
  • Approfondir notre compréhension des « cultures du vieillissement » des personnes sourdes au Québec et du rôle de la musique dans celles-ci;
  • Produire et rassembler le matériel pour une vidéo multilingue (LSQ, ASL, français et anglais) permettant l’exploration créative de ces enjeux et une meilleure mobilisation des connaissances de la recherche dans différents milieux.

Méthodologie 

Nous réaliserons 8 entrevues vidéo en LSQ et en ASL. Combinant récits de vie (Chazel et al., 2014) et technobiographies (Blythe et al., 2002), les interviews se concentreront sur les trajectoires musicales des participant.es tout au long de leur vie. Les participant-es seront des aîné.es âgé.es de 65 ans et plus, recruté.es notamment par l’intermédiaire d’organismes culturels reliés aux communautés ASL et LSQ.

Music at the fingertips : Exploration of intersections between music and ageing in Deaf communities in Montréal

Problematization

In our audist societies, where superiority is ascribed to those who hear or behave like those who do (Humphrey, 1977), the common perception is that music constitutes a solely auditory art form, and hence, one that Deaf people cannot fully perform as artists, have access to, or appreciate. Combined with ageist discourses (Lagacé, 2015) that tend to associate music predominantly with youth (Forman & Fairley, 2012) and to focus almost exclusively on its therapeutic function for seniors, a narrow definition of music strongly affects ageing Deaf individuals, adding to obstacles to their social participation (Gaucher, 2012).

Yet, music has played an important role in different Deaf cultures (Maler, 2013). Deaf artists have developed a wide range of musical forms, including corporal and vibro-tactile music. Deaf people are engaged with music through a variety of media (Cripps, et. al. 2015), notably signed songs that were recently popularized via YouTube but emerged at the beginning of the 20th century (Bahan, 2006). While there is academic work on signed music, especially in American sign language (ASL), research on Deaf music in its emergent diversity is lacking. There is a growing body of literature on ageing and music, but to our knowledge, no research has focused on Deaf seniors and their experiences of music or Deaf music.

Research questions

Au bout des doigts/Music at the fingertips explores Deaf music in Montreal as it is practiced and/or experienced by ageing Deaf individuals within the LSQ and ASL communities, guided by the following key questions:

  • How ageing Deaf people have accessed and experienced music as a cultural practice in the past and how are they doing it now?
  • What media and technologies shape their “musicking” (Small, 1998) and inform their attachments (Hennion, 2014) to music?
  • To which music cultures do they feel a sense of belonging?
  • What does it mean to age with music as a Deaf person?
  • How does music mediate the experiences of ageing of Deaf seniors?

Objectives

  • To document the experiences and reflections of ageing Deaf people concerning music in general, and Deaf music more specifically;
  • To further our understanding of the “cultures of ageing” of Deaf people in Québec, and the role of music therein;
  • To assemble the material for a multilingual video (LSQ, ASL, French and English) enabling a creative exploration of these issues and enhancing knowledge mobilization of the research in various milieus.

Methodology

We will conduct 8 video recorded interviews in LSQ and ASL. Combining life histories (Chazel et. al., 2014) and techno-biographies (Blythe et. al., 2002), the interviews will focus on the participants’ music trajectories across their lifecourse. The participants will be signing seniors, aged 65 and over, recruited via cultural organizations connected to the ASL and LSQ communities.

Équipe de recherche / Research Team
Line Grenier, Université de Montréal
Véro Leduc, UQAM

Financement / Funding:
ACT-SSHRC
CRSH-Université de Montréal

Domaines de recherche / Research Areas:
Critical Mediations

Partenaire d’ACT / ACT Partner:
Université de Montréal


Project updates